L’accueil des Roms en France

1 juin 2012 21 h 55 min / no comments

en francePendant longtemps, la France a été une terre d’asile pour les populations en difficulté dans leur propre pays, et les Français étaient très fiers de cette réputation.



Les conditions d’accueil des Roms en France montrent bien à quel point la situation a changé et comment les droits de l’homme ne sont plus une priorité dans l’hexagone.

Qui sont exactement les Roms ?

Il est important de définir exactement les populations concernées par le terme « Roms », qui normalement ne concerne que les Tsiganes d’Europe de l’est. En fait, « tsigane » est un terme générique qui rassemble différentes ethnies européennes, les Gitans, les Roms, les Manouches et les Sintés. Toutefois, dans l’esprit des Européens, le terme « Roms » est devenu synonyme de population nomade en provenance d’Europe de l’est, et ces personnes ont toujours dû faire face au rejet des populations locales et des autorités, qui a trouvé toute sa mesure avec les expulsions qui les frappent maintenant de façon quasi systématique.

Quelles conditions de vie pour ces populations ?

Les populations Roms sont soumises dans leurs propres pays, la Roumanie et la Bulgarie, à une précarité tellement importante que la seule solution qu’ils envisagent est de se rendre dans d’autres pays européens où ils espèrent trouver des conditions de vie plus confortables. La France n’est pas leur seul choix et beaucoup d’entre eux choisissent de se rendre en Italie, où ils font l’objet d’une politique très répressive, ou en Espagne, où l’on tend plutôt à leur proposer l’intégration. En France, ces populations habitent généralement en caravanes et sont donc toujours à la recherche d’un terrain où se poser. Bien que les communes françaises soient obligées, par la loi Besson, de créer des terrains d’accueil pour les gens du voyage, elles ne respectent pas toujours leur obligation et ces terrains sont souvent des lieux insalubres, sans eau ni électricité. Il est vrai que le rejet des populations provient le plus souvent des moyens auxquels les Roms ont recours pour assurer leur subsistance et elles leur reprochent de ne pas s’intégrer. D’un autre côté, même si certains Roms souhaitent se sédentariser, leurs conditions de vie ne leur permettent pas de trouver un travail, premier facteur d’intégration, provoquant une situation sans issue.

Les expulsions sont-elles la solution ?

On estime à environ 15.000 le nombre de Roms roumains et bulgares vivant sur le territoire français. En 2009, 10.000 d’entre eux ont été expulsés, mais ils ont la possibilité de revenir en France dès le lendemain, puisque les frontières sont ouvertes, ce que la plupart d’entre eux ne manque pas de faire.
Il n’y a pas une seule solution à cette situation inacceptable, mais l’une d’entre elles est actuellement expérimentée en région grenobloise, où devrait être créé très prochainement un lieu permettant pour accueillir les Roms dans des conditions plus humaines, quant à la Loire Atlantique, elle recherche des solutions pour l’intégration des gens du voyage. De la même façon, plusieurs communes ou régions tentent localement d’offrir à ces populations des possibilités d’intégration par le travail, dans le respect de leur statut de citoyens européens.

photo: Vladislav Gajic – Fotolia.com

Tags